Les partisans français dans l’Insurrection nationale slovaque en août 1944.

L’Insurrection nationale slovaque a été un soulèvement armé des insurgés slovaques au cours de la Seconde Guerre mondiale pour protester contre l’entrée de la Wehrmacht sur le territoire national. Il débuta le 29 août 1944 en tant que défense face aux unités d’occupation allemandes. La ville de Banská Bystrica en Slovaquie centrale a été le centre de cette insurrection.

Environ 200 citoyens français, anciens militaires évadés des camps de prisonniers en Autriche et en Hongrie, et civils enrôlés dans le STO et travaillant dans des usines d’armements en territoire slovaque, ont pris part à cette insurrection.

PNG

Les Français tombés en Slovaquie, notamment lors de la bataille de Strečno, ont payé de leur vie leur engagement courageux. C’est dans le défilé de Strečno que les Français du bataillon Foch, sous le commandement du capitaine François Barazer de Lannurien, ont combattu, aux côtés de leurs frères d’armes slovaques, du 30 août 1944 au 4 septembre 1944 pour retarder l’avance des troupes allemandes vers Banská Bystrica. Ils étaient près de 200 Français. 56 y ont perdu la vie et 45 ont été blessés.

JPEG

La compagnie que dirigeait le capitaine de Lannurien faisait partie d’une brigade portant un nom cher au cœur des Français et des Slovaques, le Général Milan Rastislav Štefánik. Celui-ci avait persuadé notre pays de soutenir la création de la Légion tchécoslovaque qui a combattu aux côtés de nos soldats dans de condition terribles durant la première guerre mondiale et a laissé 1.200 hommes sur le sol français. Il a par la suite joué le rôle essentiel que nous connaissions tous dans la création de la Première République tchécoslovaque. Même si les combattants français de Strečno n’étaient peut-être pas conscients de cette fraternité d’armes plus ancienne, ils ont contribué à racheter la dette contractée par la France pendant la guerre de 1914-1918.

JPEG

Fin octobre, alors que le soulèvement se fait écraser par des forces ennemies supérieures en nombre et en armement, le Groupe de combattants français, dont une section entière a disparu, se trouve déconnecté de la Brigade. Le 27 octobre, le reste de la Brigade (bataillon slovaque et bataillon Souvorov) rejoint les vallées de Tichá et de Kôprová dans le massif des Hautes Tatras, où il poursuit ses actions de harcèlement des troupes d’occupation. Le 29 janvier 1945, la Brigade prend le contrôle de Liptovský Hrádok. Elle est rejointe le 31 janvier par la Brigade Staline, en provenance de Liptovská Porúbka, et par la 1re Brigade du 1er Corps d’Armée tchécoslovaque ainsi que des éléments de l’Armée rouge.

Durant ses cinq mois d’actions, la Brigade a détruit 8 convois ferrés, 14 chars, 11 voitures blindées, et 3 avions allemands. Elle a également neutralisé des centaines de soldats ennemis

C’est pourquoi la France est particulièrement fière de ses combattants en Slovaquie et elle est honorée de la considération qui leur est portée.

Chaque année à la fin du mois d’août, des cérémonies du souvenir, lors desquelles l’Ambassade de France est représentée, sont organisées dans plusieurs villes de Slovaquie.

Dernière modification : 22/12/2016

Haut de page